Démo Virtual Production répond à vos besoins

Amsterdam – On avait tablé, en gros, sur 60 et 80 visiteurs. Mais au cours de la semaine du
24 au 28 février inclus on a vu ce nombre accroître jusqu’à 220 personnes.

Pendant cinq journées, des invités de l’industrie de la cinématographie, de la télé, des publicités, du VFX et des séries dramatisées ont pu avoir un aperçu des possibilités pleines de défis de Faber Audiovisuals Virtual Production. Tout cela par le biais d’un workshop d’introduction, de discussions personnalisées avec les partenaires et de deux sets où on pouvait expérimenter en direct des applications concrètes.

Virtual Production
‘Nous nous avançons sur un terrain relativement nouveau, celui de l’industrie du film’, c’est
ainsi que Jasper Reijgers, Sr. Executive Streaming, TV & Film, explique l’initiative prise. ‘Nous
avons récemment vécu notre première expérience dans le cadre de la production de la série
Nightflyers de Netflix. Dans cette série, la technique bien connue ‘greenscreen’ a été
remplacée par la technique numérique. Nous avons réalisé au cours de ces dernières années
des tests détaillés de ces techniques que nous avons affinées ensuite.’ Et cela entraine un
changement significatif du processus de production car on peut maintenant associer des
objets physiques – comme des voitures et les acteurs – aux mouvements des caméras dans
des images générées par l’ordinateur en temps réel avec l’aide de solutions de rendu de
dernier cri. ‘Cela conduira sans aucun doute à un glissement du trajet allant de la postproduction – pendant laquelle il fallait ajouter plein de choses aux images enregistrées pour
les ‘greenscreens’ – à la pré-production. Car le fait est que cela nécessite beaucoup plus de
préparation et de créativité au préalable.’

Solutions
On n’a pas besoin de faire beaucoup d’efforts d’imagination pour réaliser les avantages de
production – et par conséquent financiers – que cela peut générer. ‘Imaginez-vous’ dit l’un
des collègues, Nils Pauwels, Sales manager solutions, à l’assistance : ‘Vous allez filmer une
scène quelque part au cœur d’Amsterdam, à l’extérieur et à l’intérieur d’un logement. Pour
ce faire vous devez reconnaître les environs et le site, vous devez organiser, car vous êtes
dans une grande ville, des dérogations pour le stationnement, et pour la petite histoire, c’est
terriblement cher, vous devez évacuer les autres voitures de la rue et faire en sorte que
personne d’autre ne puisse s’y garer, vous devez garder à distance les touristes et les
cyclistes de passage. Ensuite il est possible que vous deviez porter des appareils
extrêmement lourds dans des escaliers en bois bien raides à l’étage. Sans parler de la météo.
Autrement dit, ce n’est pas une situation idéale. Grâce à la production virtuelle, tout cela
c’est du passé maintenant. Car la production du film englobera tout, en partie grâce aux
possibilités actuelles, avec le rendu en temps réel des prises jusqu’aux adaptations dans le
scénario et l’editing et tout cela en simultané dans un environnement sous contrôle total à
savoir le studio. Grâce à cela, les cinématographes, les spécialistes des effets visuels, les
techniciens de lumière et de son, le réalisateur et les acteurs seront confrontés à beaucoup
moins de problèmes et pourront se concentrer pleinement sur le résultat.

Interaction
Et pour ce qui est des acteurs, leur performance revêtira une toute nouvelle dimension dans
un set de film virtuel. Car ils interagissent directement avec l’environnement : le réalisateur
obtient de fait ce qu’il voit. Et à cela s’ajoute que l’ambiance de cet environnement peut être
modifiée par une simple touche sur un iPad : la météo, la lumière, la température de couleur
etcétéra, tout est possible. Le mouvement des lignes de vue accompagne parfaitement la
perspective de la caméra retenue. Dans la démo, Faber Audiovisuals a construit avec ses
partenaires deux sets. Voici ce que dit Reijgers à cet effet : ‘Nous présentons le workshop
devant deux écrans installés perpendiculairement l’un à l’autre. Pendant la présentation,
nous projetterons sur ces écrans le décor d’un vaisseau spatial. Et tandis que Nils s’y
promène en donnant des explications, on peut voir comment sa position en constant
mouvement s’intègre impeccablement au décor grâce à l’angle de vue’. Le second set est
équipé d’une BMW qui a été installée devant et sous un écran LED. Un plus petit écran LED a
été aménagé côté conducteur. ‘La caméra que nous utilisons est positionnée sur un support
à roulettes afin de nous permettre de nous déplacer le long du côté conducteur de la
voiture. Sur les panneaux latéraux on peut voir – au choix – une rue commerçante ou un pont
le long de laquelle ou duquel on se déplace. Le panneau du toit se charge des réflexions sur,
entre autres, le parebrise.’ L’image ainsi constituée est d’une réalité ahurissante ; c’est
comme si on se déplaçait à pleine vitesse dans une rue commerçante éclairée au néon ou
sur un long pont suspendu.

Curiosité
Et c’est précisément cet aspect qui semble susciter la curiosité des réalisateurs et des
opérateurs de prises de vue. Le caméraman Guido van Gennep, l’un des visiteurs intéressés
du 25 février, voit immédiatement les avantages : ‘Je ne l’ai encore jamais vu fonctionner en
direct’, dit-il. ‘L’une des scènes les plus difficiles dans les films est toujours celle avec une
voiture en marche. Tant de choses peuvent aller de travers.’ Il prédit sans réserve un grand
avenir à la production virtuelle et considère d’ores et déjà son utilisation pour le projet sur
lequel il travaille à l’heure actuelle. Il en va de même pour Mark van Aller qui a pris en
charge la partie caméra des séries telles que ‘Vliegende Hollanders’ et ‘Judas’, lui aussi croit
aux changements qui sont imminents grâce aux techniques numériques d’aujourd’hui :
‘Malgré le fait que la qualité photo-réaliste des projections reste pour moi un point qui
suscite un peu d’inquiétude et de plus amples démarches y sont nécessaires. Voir un
vaisseau spatial fictif est une chose, la reproduction exacte de la réalité en est quand même
une autre.’ Pour Zen Bloot, spécialiste en lumière, ce n’est pas un sujet nouveau et il a dit :
‘C’est excellent de le voir fonctionner avec application des tout dernières techniques. Je suis
convaincu que cela va changer mon métier de manière approfondie. Il nous faudra une
nouvelle génération de spécialistes en lumière ayant bénéficié d’une formation différente.’

Partenaires
La Démo Virtual Production Demo a été réalisée en collaboration avec Amsterdam Studios
(hébergement), Stype (caméra tracking), Brompton (LED screen processing), Disguise (video
playout) et HighRes (digital lighting), By Lex et NEP Hilversum

View showcase

[SPECIAL] Faber Audiovisuals Démo Virtual Production

Amsterdam